Inscrivez-vous a notre newsletter pour rester informés

INVENTER

Les projets

PARTAGER

Associations partenaires

S'INFORMER

Nos sources d’information

Rob Hopkins à Jouy en Josas – 26 Septembre 2021

Partage

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Rob Hopkins à Jouy-en-Josas
26 septembre 2021
Nous y étions !

Un groupe de Transition se devait d’aller assister à la Conférence de l’initiateur du mouvement de la Transition, qu’il tenait à deux pas de notre ville. Nous y étions donc !

Rob Hopkins, avec son enthousiasme et la sympathie qu’il dégage, nous a invités à agir !

Agir maintenant car il y a URGENCE : Il faut ACCÉLÉRER la TRANSITION.

Les rapports des scientifiques et en particulier le dernier rapport du GIEC vont dans ce sens. Nous ne pouvons plus nous contenter des engagements pris par les gouvernements et non tenus pour la plupart.

L’objectif ainsi affiché d’une neutralité carbone en 2050 est largement insuffisant. Il pose deux problèmes :

– la référence à des technologies permettant une extraction du carbone : elle n’existent pas à l’heure actuelle sous une forme efficace, sans danger, et applicable rapidement ;
– 2050, c’est beaucoup trop tard !

L’objectif impératif est une neutralité carbone en 2030, et sa réalisation passe nécessairement par une diminution drastique de nos émissions de gaz à effet de serre, donc par un changement radical de notre modèle de développement.

Les moyens pour y arriver sont divers :
– créer des projets citoyens au niveau local, construire : c’est le principe de la Transition ;
– la désobéissance civile : c’est le principe du mouvement Extinction – Rébellion dont Rob Hopkins se dit également proche ;
– la pression sur le politique et les actions de justice climatique.

La méthode que Rob Hopkins propose lors de cette conférence privilégie le projet positif et constructif – imaginatif – par rapport au seul discours d’alerte et de menace sur les dangers qui nous guettent si nous persistons dans notre modèle actuel de développement basé sur la croissance sans limites, le profit et la compétition.

Il s’agit de stimuler l’imagination, et de favoriser l’imagination collective. Les capacités d’imagination semblent en régression chez l’être humain depuis des décennies, il est nécessaire de les retrouver, de les relancer : « What if… ? », « Et si… ? ».

Rob Hopkins a ainsi élaboré un modèle, qu’il nous présente sous forme d’une rosace :

 

Rob Hopkins What if ?
Libérer l’imagination

1) Space / L’espace :
Il faut de l’espace / et du temps pour être créatif: se réunir et se poser la question de ce que l’on a envie de faire, de ce que l’on souhaite, de ce que l’on peut faire maintenant.
Il faut des lieux de rencontre, de discussion, de recueil d’idées et d’échanges. Les boutiques éphémères que certaines municipalités soutiennent en sont un exemple.
Quel(s) lieu(x) de ce type pourrions-nous imaginer, et créer à Fontenay ?

2) Places : des lieux :
On fait ici appel à l’imagination pour se projeter dans notre environnement, dans certains lieux. Comment souhaiterions-nous qu’ils soient ? Imaginons-les tels que nous souhaiterions les voir dans quelques années. Puis attelons-nous à les construire ainsi. Certaines municipalités ont su ainsi confier à des groupes de Transition des lieux dont elles-mêmes ne voyaient pas comment les utiliser. Elles ont été favorablement surprises des projets réalisés, ce qui a pu favoriser le développement de nouveaux lieux.
De quels lieux souhaiterions-nous pouvoir disposer à Fontenay, et pour quels projets ?

3) Les pratiques :
Il s’agit ici des « mains » de la Transition (les autres éléments du « trépied » étant classiquement la tête et le cœur) : agir, créer des groupes de projet, de travail, les réaliser. Et les réaliser Sans Transition, maintenant.
Notre association s’y emploie et a besoin de toutes les bonnes volontés pour ses projets, et pour en imaginer de nouveaux. Rejoignez-nous !

4) Les pactes :
La Transition est avant tout un mouvement citoyen. Il est né du constat de l’incapacité des décideurs politiques à empêcher un développement qui nous amène dans le mur.
Néanmoins, nous ne pouvons nous passer, pour développer la Transition, du levier de la politique. Il est nécessaire de travailler autant que possible avec les municipalités et les collectivités territoriales, dont par exemple les communautés d’agglomération, sur des projets de Transition.
Pour cela, nous pouvons envisager des pactes sur des projets concrets.

Imaginons : « ET SI… ? » et Agissons !

Un grand merci à l’organisateur : Le magazine « Sans Transition », dont je recommande la lecture régulière, voire l’abonnement !

Cédric ZEITTER

Ça peut vous interesser